Mapool, le UBER version scooter ?

A la croisée des chemins entre Blablacar (covoiturage) et UBER (qu’on ne présente plus) Mapool est une application qui permet de se déplacer à scooter… même quand on n’a pas de scooter !

Start-up parisienne, Mapool s’est lancée depuis quelques mois dans le « comotorage ». Si le mot n’est pas sexy, il a le mérite d’être clair et de présenter le l’application Mapool sous son vrai jour : un service nouveau !

Concrètement, en vous connectant sur Mapool vous obtenez une liste géolocalisée de conducteurs de 2 roues (moto ou scooter) prêts à jouer les chauffeurs. Vous contactez le chauffeur de votre choix et, si votre trajet correspond au sien, vous convenez d’un rendez-vous pour qu’il vous récupère. Au terme de la course, l’appli Mapool vous suggère un tarif que vous êtes libre de payer – via l’application – au chauffeur. Simple, pratique, innovant !

A l’inverse, si vous avez un deux-roues, vous pouvez vous enregistrer sur Mapool comme chauffeur. L’appli vous demande quelques informations : permis de conduire, carte grise, photo du véhicule… Vous aurez aussi à répondre à certaines questions, dans un esprit « formation accélérée » de ce que vous devez faire (et ne pas faire) comme chauffeur Mapool. Comme être poli, ponctuel, fournir un casque, etc.

Mon avis sur Mapool

Sur le principe, j’étais très enthousiaste en découvrant cette application. Chaque mois, je fais beaucoup de kilomètres seul en scooter. Si je peux rendre service en prenant un passager (les jours de grève par exemple), lui montrer aussi que se déplacer à scooter dans Paris c’est facile et agréable, et même gagner un peu d’argent, que demander de plus !

Au final je me suis très peu connecté sur l’application… Et je n’ai jamais eu l’occasion de jouer les chauffeurs. Lors de mes rares connections j’ai constaté que les chauffeurs étaient très peu nombreux : 3 ou 4. Et dispersés dans toute l’île de France. La seule fois où j’ai reçu une demande de « comotorage », la personne était localisée à Bastille, alors que j’étais dans le 18ème et que je souhaitais aller à La Défense. Impossible de faire un tel détour, surtout un matin à 9h avec les embouteillages !

En mars, je me suis entretenu avec Tina de l’équipe Mapool. Selon elle le service est encore jeune et, malgré la cinquantaine de trajets réalisés quotidiennement via Mapool, il manque encore suffisamment de chauffeurs et de passagers pour que les demandes « matchent » mieux.

C’est en effet tout le problème de la géolocalisation minute que propose actuellement Mapool ! On est dans l’esprit d’un UBER. Sauf que ça ne marche que s’il y a des dizaines de chauffeurs à disposition ! Sans chauffeur, UBER n’aurait jamais existé. Sans scooter, Mapool ne présente pas d’intérêt. Pour développer cette communauté, Mapool est partenaire de nombreux événements et soirées. Parfait pour se faire connaître. Mais la com’ de Mapool reste à mon beaucoup trop orientée vers les passagers, pas assez vers les chauffeurs…

Ce qui m’a le plus gêné avec Mapool ? L’impression qu’ils m’ont donné de me transformer en chauffeur de taxi lors de mon inscription. Car non je n’ai pas envie de me transformer en chauffeur de taxi ! Je suis prêt à rendre service, mais c’est aux passagers de se mettre sur mon chemin, pas à moi d’aller les chercher. J’utilise mon scooter pour gagner du temps et pour être libre de mes déplacements. Je ne vais pas rallonger mes trajets et me rendre corvéable pour quelques euros…

Mapool m’a récemment envoyé le guide du « super driver » par mail. Ils préconisent – entre autre – de fournir à mes futurs passagers une petite bouteille d’eau et une charlotte de protection pour le casque « pour plus de professionnalisme ». Tout est dit : Mapool veut faire de moi un chauffeur professionnel, ce que je refuse absolument de devenir ! D’où cette sensation de malaise et qui explique piurquoi je rechigne à utiliser l’appli.

Je pense que Mapool devrait davantage jouer la carte du covoiturage, esprit Blablacar « on mutualise les coûts et on se rend service ». Pourquoi ne pas proposer un espace où chauffeur et passager peuvent enregistrer leurs trajets quotidiens ? De mon point de vue (de chauffeur) ce serait nettement plus confortable d’embarquer des passagers sur mon trajet quotidien Paris > La Défense. Et de le savoir à l’avance…

Pour conclure ?

On ne peut que se réjouir d’une initiative comme Mapool. Elle offre aux Parisiens un mode de transport alternatif et valorise le deux-roues comme solution à la mobilité urbaine. L’appli est jeune est devrait se bonifier avec le temps. En attendant, et malgré quelques défauts qui m’ont rebuté, je vous encourage à l’essayer par vous-même pour vous faire une idée !

Soyez chic avec vos amis, partagez !

Réagir à cet article

Current month ye@r day *

Annonceurs

Vous souhaitez faire découvrir vos produits et services à nos lecteurs ? Utilisez le formulaire de contact !

Newsletter

Le meilleur du Blog du Scooter dans votre boite mail !