Le Blog du Scooter
En 15 ans j'ai subi plus de 2000 euros de dégradations sur mes scooters... le témoignage de Fabien

Petite liste des dégradations sur mon scooter en 15 ans… Le témoignage de Fabien

Cela fait 15 ans que je me déplace à scooter dans Paris. Au cours de ces 15 années, j’ai eu 4 scooters. J’ai toujours habité dans le centre de Paris, garant mon scooter dans la rue. Voici le bilan – assez édifiant – des actes de vandalisme commis sur mes différents scooters. Et ce que ça m’a coûté. 

Quand on s’achète un scooter, qu’il soit neuf ou d’occasion, on essaye d’en prendre soin. Malheureusement, vous avez des ennemis invisibles : voleurs, casseurs, personnes mal intentionnées ou maladroites… Cette jouyeuse bande va vous donner du fil à retordre pour conserver votre scooter en bon état.

Je me suis prêté à un petit « jeu » : essayer de dresser la liste des dégradations subies par mes scooters en 15 ans à Paris. Pour chaque dégradation, j’ai aussi tenté d’évaluer le préjudice financier. Prêts ?

Scooter #1. Piaggio Typhoon 125

C’était le scooter que je rêvais d’avoir en 50 cm3 quand j’étais ado. Finalement mes parents m’ont offert le modèle Piaggio NRG, cousin du Typhoon. C’était mon choix ce NRG, mais je l’ai un peu regretté car il avait moins de reprise que le Typhoon. Des années plus tard, quand je me suis installé à Paris, j’ai donc réalisé un vieux rêve en achetant un Typhoon 125 cm3 d’occasion. L’oncle du Typhoon 125 (pour rester dans la métaphore familiale) : un scooter  moteur 2 temps, particulièrement nerveux, redoutable au départ arrêté. Bref, un scooter que j’adorais.

Photo d'un scooter Piaggio Typhoon 125 cm3 bleu

De la glue dans mon cadenas

Un matin, impossible de défaire le cadenas de mon scooter. J’achète du dégrippant. Ça ne change rien. Le cadenas est complètement bloqué. Je finis par demander à un artisan du quartier qu’il découpe mon cadenas avec une scie circulaire. Bilan : 50 euros pour l’artisan, et 100 euros pour l’achat d’un nouveau cadenas. Soit un total de 150 euros la blague de la glue dans la serrure du cadenas…

Une vis dans ma serrure

Quelques semaines plus tard, impossible d’introduire la clé de contact dans la serrure de mon Typhoon. Normal : quelqu’un y avait introduit une vis… Non seulement je ne pouvais pas démarrer le scooter, mais je ne pouvais même pas le déplacer. Le Neiman (l’antivol qui bloque le guidon) étant enclenché, impossible de pousser le scooter avec la roue avant, bloquée, de biais. N’ayant pas de service d’assistance avec mon assurance, la mère d’une amie est venue avec son monospace, pendant que des copains m’aidaient à mettre le scooter dans le coffre. Ça m’a évité de payer un dépannage, mais le changement de la serrure m’a quand même coûté 300 euros si je me souviens bien.

Scooter volé

Quelques années plus tard, mon Typhoon 125 a tout simplement était volé. Il était garé en bas de mon immeuble. Ça s’est passé une nuit, en pleine semaine. J’ai porté plainte mais évidemment je jamais retrouvé mon scooter. Je n’ai pas non plus touché d’indemnisation de la part de mon assurance, car je n’avais pas la garantie contre le vol. Mon scooter n’avait plus assez de valeur pour que ce soit intéressant de payer une assurance scooter avec une garantie vol. Il était vieux et ne cotait plus grand chose à l’argus. Par contre, sur le marché de l’occasion, le scooter Typhoon restait un modèle recherché. Si j’avais voulu le revendre, je pense que j’aurais pu en tirer sans problème autour de 1000 euros. On peut donc dire que ce vol m’a coûté 1000 euros

Bilan des dégradations sur mon Typhoon : 450 euros de vandalisme, ou 1450 euros si on intègre le vol de mon scooter et le prix que j’aurais pu en tirer à la revente.

Scooter #2 – Yamaha Majesty 125

Après le vol de mon Typhoon, en plus en bas de chez moi, j’étais sacrément refroidi pour reprendre un scooter. D’autant que, financièrement, acheter un scooter sans apport financier de la vente du précédent, ce n’est pas simple. Après 2 mois de métro, de bus et de balades à pied, j’ai finalement acheté le scooter qui (en 2007) avait la réputation d’offrir le meilleur rapport qualité / prix : un Yamaha Majesty 125. Sans être exceptionnel, ce scooter était effectivement un bon deal. La preuve : j’ai fait plus de 40 000 km avec lui.

Photo d'un scooter Yamaha Majesty 125 cm3 noir

Selle de scooter lacérée

Peut-être 1 an après l’achat de mon Majesty, je découvre un matin que ma selle de scooter a été lacérée de coups de cutter (smiley qui pleure). Si je peux « comprendre » le vol, le vandalisme gratuit franchement ça me rend dingue… D’autant que les semaines suivantes ma selle a reçu d’autres coups de cutter. Je n’étais pas le seul, plusieurs scooters ont connu le même sort dans le quartier. Comme les dégradations avaient lieu en bas de chez moi, j’étais très embêté : je n’allais pas changer de selle (300 euros la selle de scooter neuve chez Yamaha) pour la voir de nouveau détruite quelques jours plus tard… J’ai dû passer 2 ans avec une selle de scooter rafistolée avec du scotch noir, avant de trouver une super boutique dans le 18ème arrondissement de Paris spécialisée dans la réparation de selles de motos et scooters. Bilan : 150 euros.

Scooter renversé

Mon Yamaha commençait à prendre de l’âge, mais certains ont décidé de lui donner un vrai coup de vieux. Un jour j’ai retrouvé mon scooter couché par terre : carénage avant rayé, clignotant côté gauche cassé. Je pense qu’une voiture, en roulant trop près du bord, a percuté l’avant de mon scooter (pourtant bien garé sur un parking 2 roues). J’ai dû changer l’ensemble : carénage avant, clignotant gauche et bloc de phare (qui s’était décroché suite au choc). Je n’ai plus précisément le prix, mais il me semble que c’était dans les 200 euros, mon garagiste Yamaha ayant trouvé des pièces d’occasions. Bilan : 200 euros.

Neiman cassé

Dernière dégradation sur mon Majesty 125 : Neiman cassé. L’antivol du guidon a été forcé et ne fonctionnait plus. Je ne pense pas que quelqu’un ait tenté de voler le scooter. Il avait 5 ans et plus toutes ses dents. Je pense plutôt qu’une personne a dû s’asseoir dessus et jouer avec le guidon, s’amusant à débloquer l’antivol. Peut-être pour prouver à ses amis qu’il avait du muscle ? Je n’ai pas fait réparer le Neiman, mais évidemment, à la revente de mon scooter, c’était un mauvais point. Difficile d’évaluer le préjudice, mais ça a contribué à faire baisser encore un peu la valeur de mon Majesty.

Bilan des dégradations sur mon Majesty : 350 euros (sans prendre en compte la perte de valeur du scooter avec le Neiman cassé)?

Scooter #3 – Quadro 350 D

Après avoir revendu mon Majesty, j’ai acheté d’occasion un scooter 3 roues, le Quadro 350 D. Il s’agissait du 1er modèle de la marque, à l’époque peu connue en France. Cet achat, c’était un pari, car les avis n’étaient pas très bons sur ce scooter. On lui reprochait une fiabilité très incertaine. Mais le prix du scooter que j’avais trouvé d’occasion était vraiment intéressant (oui c’était louche). Comme une fois de plus j’avais un budget serré, j’ai tenté. Au final, la mauvaise réputation du Quadro à cause de ses problèmes techniques était fondée. J’ai eu pas mal de soucis. Et en prime quelques dégradations…

Photo d'un scooter Quadro 350D noir

Les clignotants arrachés

Quelques mois après l’avoir acheté, j’ai retrouvé mon Quadro sans clignotants. Je veux dire sans AUCUN clignotants : les 4 avaient été arrachés. Alors je ne sais pas si c’est quelqu’un qui a voulu les piquer pour les mettre sur son scooter, ou si c’est du vandalisme gratuit, (ou la vengeance d’une ex.), mais une fois de plus j’étais totalement désemparé. La dégradation ayant eu en bas de chez moi, je craignais qu’en changeant les clignotants l’histoire ne se répète. Sauf que rouler sans clignotant est très dangereux et passible d’une amende. J’ai fini par changer les clignotants. Ce qui a m’a coûté extrêmement cher, 320 euros il me semble. J’étais écœuré.

Le miroir du rétroviseur cassé

Après l’épisode des clignotants, on est dans le détail. Mais là encore, rouler avec un rétroviseur cassé, c’est désagréable et dangereux. J’imagine qu’un scooter ou moto a dû partir un peu vite du parking et qu’il aura mis un coup dans mon rétro. Je n’ai pas fait changer le rétroviseur car j’ai revendu quelques semaines plus tard mon Quadro. Mais là encore, lorsque vous négociez la reprise de votre scooter avec un garagiste, un rétroviseur cassé ça ne vous aide pas à le vendre plus cher.

Bilan des dégradations sur mon Quadro : 350 euros.

Scooter #4 – Quadro 350 S

C’est mon dernier scooter, je roule toujours avec. J’ai finalement repris un Quadro, alors que mon expérience n’avait pas été si concluante avec le 350 D. Ceci dit, c’est plus la fiabilité du scooter qui me gênait, que ses performances que je trouvais plutôt convaincantes. Comme le nouveau modèle était sensé avoir corrigé tous les défauts du 1er, et qu’en prime je n’avais pas eu de coup de cœur pour un autre 3 roues, j’ai donc acheté mon 2ème scooter Quadro.

Photo d'un scooter Quadro 350S noir

La carrosserie rayée

La rayure n’est pas énorme, mais suffisamment visible sur l’aile pour la voir et m’agacer. D’autant que cette rayure a été faite seulement quelques mois après l’achat de mon scooter qui était alors nickel. Je pense que c’est un autre scooter qui a dû frotter en se garant à côté du mien. Je n’ai pas changé l’aile du carénage (beaucoup trop cher), ni essayé de faire une retouche de peinture. Peut-être quand je chercherai à vendre mon Quadro.

Un clignotant cassé

J’ai revécu avec douleur la perte d’un clignotant. Là encore je pense qu’il s’agit d’un autre conducteur de 2 roues qui, en descendant de son scooter, a mis un coup de genou dedans vu comme les parkings à 2 roues sont parfois étroits. D’ailleurs je ne comprends pas cette tendance des clignotants extérieurs : ils sont beaucoup trop fragiles… Bref j’ai fait réparer ce clignotant lors d’une révision, pour environ 50 euros avec la main d’œuvre.

Bilan des dégradations sur mon Quadro : pour l’instant « seulement » 50 euros…

En résumé… Ces dégradations successives m’auront coûté 1170 euros, ou 2170 euros si l’on prend on compte le vol de mon scooter et sa valeur potentielle. Largement de quoi me payer un beau voyage au soleil. Au-delà de l’argent perdu, il y a le préjudice « moral » : l’énervement, le temps passer à chercher des solutions, rouler avec un scooter en mauvais état en attendant de faire les réparations…

Notre conseil ? Si votre scooter stationne dans la rue, faites-vous malheureusement à l’idée qu’il va subir quelques dégradations. C’est inévitable… Une bonne assurance est alors indispensable. Ou alors prenez un garage. Mais c’est évidemment un (gros) budget.

La newsletter 100% scooter

Fabien

Fabien

La trentaine, en scooter depuis de nombreuses années à Paris, j'anime Le Blog du Scooter, destiné à tous ceux qui se déplacent à scooter, ou qui envisagent d'en acheter un !

2 commentaires

  • Vu que les voisins n’ont pas l’air d’apprécier (ni de respecter) les deux roues, plutôt que de réparer (ou racheter) un scooter à chaque fois que quelqu’un du quartier le dégrade (voire le vole), ç’aurait peut-être été plus simple de changer de quartier, non? 😉

    • Ahah 🙂 J’avoue y avoir pensé ! Mais j’ai quand même fait 3 appartements et 3 arrondissements différents pendant toutes ces années à Paris. Il y a sans doute une part de malchance avec ces dégradations, mais aussi une réalité : les gens ne font pas attention. Et ne respectent pas certains véhicules qu’ils considèrent comme nuisibles en ville…