Quand changer de scooter ?

Comme une voiture, un scooter perd de sa valeur au fil des années. Et plus son kilométrage augmente, plus vous vous exposez à des pannes et des frais d’entretien élevés. D’où ma question : à quel moment est-il le plus intéressant de changer de scooter afin de ne pas perdre trop d’argent ?

Je n’ai malheureusement pas de réponse claire et nette à vous donner : tout dépend de votre modèle, de votre budget, et surtout du nombre de kilomètres que vous faites par an. Mais en discutant avec différents concessionnaires lorsque j’ai changé de scooter, j’ai compris qu’il y avait en gros 3 stratégies possibles…

En mars dernier, mon garagiste Yamaha m’annonce que la prochaine révision de mon Majesty 125 me coûtera environ 450 euros. Et d’ajouter « il faudra aussi prévoir de rapidement changer les pneus et les freins à disque ». Apparemment, l’affaire de 250 euros supplémentaires… Douche froide. La sensation de participer au Ice Bucket Challenge.

Je me suis alors retrouvé face à un dilemne : est-ce que j’investis 700 euros de réparation dans un scooter de 7 ans qui ne vaut plus grand chose ? Ou est-ce que je me débarrasse de mon Majesty pour placer ces 700 euros dans l’achat d’un nouveau scooter, sachant qu’un nouveau scooter me coûtera évidemment beaucoup plus cher ?

« On vous reprend votre scooter 100 euros »

Je suis allé faire le tour des concessions pour savoir combien elles étaient prêtes à reprendre mon valeureux Majesty. Avec ses 38 000 kms et ses 7 années passées dans les rues de Paris, il marquait le coup : Neiman cassé, bloc plein phare cassé, clignotant avant cassé, carrosserie terne, tablier recouvert de moisissure… Bref, même si mon Majesty roulait parfaitement, ce n’était pas la gloire.

Sans réelle surprise, la plupart des garages refusaient purement et simplement de reprendre mon scooter, ou alors ils m’en offraient une somme symbolique, entre 100 et 300 euros pour les plus généreux (Piaggio en l’occurrence). De l’avis général, mon scooter était trop vieux pour être revendu d’occasion dans un garage.

Les concessionnaires m’ont alors expliqué que pour espérer avoir une bonne reprise de mon scooter, il aurait fallu que je vienne les voir… il y’a quelques années !

Stratégie #1 : changer de scooter tous les 2 à 3 ans

Si je m’en tiens au discours entendu dans les 5 ou 6 garages où je me suis rendu, le meilleur moyen de revendre son scooter à bon prix est d’en changer régulièrement, tous les 2 à 3 ans. Pour plusieurs raisons :

- Les garages ont peu de frais à engager pour le réviser avant de le mettre en vente.
– Les garages savent qu’ils vendront facilement un scooter récent avec peu de kilomètres.

Mais d’après les garagistes, vous êtes aussi gagnant à changer régulièrement de scooter :

- Vous roulez toujours avec un scooter fiable et confortable.
– Vous faites des économies : vos frais d’entretien sont limités au minimum (sur certains scooters, la révision se fait désormais tous les 6 000 km), et en cas de grosse panne, la garantie vous couvre (une garantie de 2 ans est valable pour tous les scooters).

Avantage : c’est le choix de la tranquillité. Vous avez toujours un scooter top nickel.
Inconvénient : ce confort a un prix, même si la reprise du garage est honnête, vous allez quand même devoir ré-investir régulièrement de l’argent pour changer de scooter.

Stratégie #2 : revendre votre scooter après 4 à 5 ans

Dans ce cas de figure, le plus intéressant serait alors de revendre son scooter à un particulier. Si les garages vous proposeront une reprise, le prix risque de tomber bien bas. Vous devriez faire une meilleure affaire en le vendant sur le marché de l’occasion et des petites annonces entre particuliers (leboncoin, ebay).

Attention toutefois : pour vendre rapidement et à bon prix votre scooter, ce dernier doit être en bon état (factures d’entretien à l’appui) et présenter un kilométrage raisonnable. Il y’a beaucoup d’annonces de scooters sur les sites de petites annonces, et parfois de très bonnes affaires. La concurrence est rude et vous oblige à vous aligner sur des prix réalistes.

Avantage : 4/5 ans ça vous laisse le temps de donner un nom à votre scooter et d’en apprécier les qualités. Surtout, ça vous permet de le revendre et de vous faire un petit pécule bien utile pour l’achat d’un scooter neuf.
Inconvénient : bien entretenir votre scooter, conserver toutes les factures, peut-être prévoir quelques frais pour le remettre en état avant de le vendre d’occasion. Et puis bien sûr il faut passer un peu de temps à trouver un acheteur.

Stratégie #3 : user votre deux-roues jusqu’à la jante

Ce fut donc ma stratégie : me présenter aux garages avec une épave… Cela dit, ce ne fut pas tant l’état général de mon scooter que son kilométrage qui a rebuté les concessions. Comme je l’ai dit plus haut : passé 30 000 km, votre scooter est considéré comme invendable par les garages. Pour plusieurs raisons :

- Le garage doit engager trop de frais pour sa révision et/ou réparation.
– Le garage estime trop risqué de proposer une garantie, même de 3 mois, en le revendant d’occasion.
– Sans cette garantie, peu d’acheteurs s’intéresseront à un scooter aussi âgé.

Il reste évidemment la possibilité de vendre vous-même votre scooter d’occasion. Mais n’espérez pas faire de gros bénéfices. Dans mon cas par exemple, en étant honnête sur l’état de mon Majesty et les frais de révision de 700 euros à prévoir, à combien aurais-je pu le vendre ? Sans doute guère plus cher que la reprise de 300 euros de Piaggio…

Avantage : une fois que vous avez jeté votre dévolu sur un scooter, vous savez que vous êtes parti pour 10 ans.
Inconvénient : lorsque vous changez de scooter, vous n’avez aucune mise de départ, votre ancien scooter ne vaut plus rien.

Quelle stratégie de revente est la meilleure ?

Pour le savoir, il faudrait avoir des chiffres de reprises, sur plusieurs modèles et auprès de plusieurs garages. Malheureusement je n’ai pas ces chiffres. Le Blog du Scooter n’a pas encore les moyens de s’offrir un institut d’études !

Je pense toutefois que la meilleure stratégie est de revendre son scooter tous les 4/5 ans sur le marché d’occasion. C’est à mon avis de cette manière que vous vendrez votre scooter au meilleur prix.

Changer de scooter tous les 2 ans ? A moins d’être un gros rouleur (plus de 10 000 kms/an), je pense que vous ne rentrez pas dans vos frais. Comme les voitures, la décote des scooters est rapide.

Changer de scooter quand le vôtre arrive en fin de vie ? Je trouve ça dommage, car finalement en le vendant un peu plus tôt, vous pourriez en tirer un peu d’argent, et faire un heureux.

Pour conclure, pour les scooters comme pour le reste, le meilleur moyen de faire des affaires est encore de se tenir informé. Lors d’une révision, demandez à votre garagiste la cote de votre scooter, s’il vous ferez une reprise. Regardez aussi les petites annonces, les périodes de promotions des constructeurs, etc… Car une chose est sûre, ce n’est pas en achetant un scooter en urgence, quand le vôtre sera en panne, que vous ferez la meilleure affaire !

Et vous, est-ce que vous changez régulièrement de scooter ? Vous privilégiez la reprise d’un garage ou vous préférez vendre vous-même votre scooter d’occasion ?

Soyez chic avec vos amis, partagez !

Comments
7 réponses to “Quand changer de scooter ?”
  1. Marc dit :

    Coucou, merci pour le partage ! Très instructifs tes conseils !

  2. xenonclub dit :

    Pour changer de scooter c’est simple, c’est quand il consomme beaucoup plus que le normal et surtout l’huile ou vous avez du mal à le démarrer.

  3. Motobigstore dit :

    Merci pour les conseils. Après avoir lu votre article, on sait dorénavant quelle attitude prendre pour tirer le meilleur de son scooter. Certes, on peut devenir accro à son scooter après quelques années, mais pourquoi ne pas en extraire quelques euros plutôt que de le laisser mourir seul dans le garage.

  4. JR dit :

    merci pour ces éléments de réflexion. effectivement la stratégie dépend aussi du kilométrage que l’on fait. pour ma part entre 20 000 et 22 000 km/an. changer tous les deux ans devient alors un sport de riche car grosse décote sur un véhicule de plus de 40 000 km, au bout de 4-5 ans tu as passé les 100 000 km donc valeur quasi nulle. pour ma part j’ai opté pour la stratégie de l’usure:
    – 115 000 km avec mon versity YAMAHA, j’ai jeté l’éponge le jour où carbu et vario ont montré des signes de faiblesse
    – 120 000 km avec mon XMAX 250, cette année j’ai remis 700€ dedans pour changer le bloc optique (devenu terne) et les roulements de roue AV + AR + pont. en 2017 je pense changer la housse de selle (~70€) et les spy de fourche qui commencent à suinter. objectif 150 000 km, et pourquoi pas au-delà?

    autre avantage de cette stratégie: tu ne changes pas souvent de véhicule, donc lorsque tu passe de ton brêlon rincé à un nouveau modèle neuf, le kif est maximum!
    bonne route à tous

    • Bonjour Jacques et merci pour votre témoignage. Effectivement vous pratiquez à fond la stratégie de « l’usure » ! Plus de 100.000 kms avec un scooter, même un 250cm3, respect :) Tenez-nous au courant si vous arrivez à franchir la barre des 150.000 kms ! A bientôt, Fabien

  5. Tippyep dit :

    Bjr,
    Mois je préfère changer régulièrement, au moins tous les 2 ans. Je roule 5000 km/an, et au bout de 2 ans, en fait le temps de la garantie constructeur, je change.
    C’est certes un investissement, mais au moins je ne rentre pas dans les gros frais, une vidange, un changement de pneu arrière et c’est TOUT…
    D’ailleurs pour le prochain, l’année prochaine, j’aimerais bien me trouver un LOA qui me correspond parfaitement. Mais bon certains constructeur y sont encore frileux et proposent des prix bien trop chers.
    En bref, je paye un peu plus, mais en contrepartie mon scooter ne me laisse jamais en rade, et c’est ce qui me convient.
    Voilà

  6. Jean dit :

    Merci beaucoup pour ces précieux et vitaux conseils. Effectivement, de la même sorte que nous prenons soin de notre santé lorsque nous nous rendons chez le médecin, il est essentiel de bien faire faire entretenir son deux-roues de manière régulière. Le but étant bien évidemment de limiter le risque d’accident. Afin de s’assurer de la bonne longévité de son scooter, le bon comportement facile à adopter est de vérifier, par exemple, avant chaque départ, le bon fonctionnement des éléments de sécurité tels que les pneumatiques (ne doivent pas être sous-gonflé), niveau d’huile, éclairage (importance des clignotants)… Cependant, cela n’est pas tout, il ne faut pas oublier de remplacer ses équipements si ces derniers sont usés ou ne conviennent plus à notre taille. Soyons prudents sur les routes, bonne journée !

Réagir à cet article

Current month ye@r day *

Annonceurs

Vous souhaitez faire découvrir vos produits et services à nos lecteurs ? Utilisez le formulaire de contact !

Newsletter

Le meilleur du Blog du Scooter dans votre boite mail !